Office des personnes handicapées - Services accessibles.

Je veux accueillir et servir tout le monde

Navigation principale.

Je veux accueillir et servir tout le monde

Vous êtes ici :
  1. Accueil­­
  2. Comment ?­­
  3. Personne ayant un trouble grave de santé mentale­­
  4. Compréhension de l'incapacité

Personne ayant un trouble grave de santé mentale
Compréhension de l'incapacité

Définitions

Personne handicapée

« Toute personne ayant une déficience entraînant une incapacité significative et persistante et qui est sujette à rencontrer des obstacles dans l’accomplissement d’activités courantes » est considérée comme une personne handicapée selon la Loi assurant l’exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale.Ce contenu Web externe, qui s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre, peut comporter des obstacles à l'accessibilité puisqu'il est hébergé dans un autre site Web.

En connaître davantage sur la définition de « personne handicapée »

Trouble grave de santé mentale

La santé mentale est un ensemble d’aptitudes qui permettent à chacun d’entre nous de ressentir, de penser et d’agir afin que nous puissions interagir avec autrui ainsi que l’environnement et nous adapter pour améliorer notre bien-être psychologique. (Voir CONSEIL MÉDICAL DU QUÉBEC, Les maladies mentales : un éclairage contemporain,  2001.) Le terme « problème de santé mentale » désigne tout écart par rapport à l’état de bien-être mental ou psychologique.

Un trouble de santé mentale correspond à des affections cliniquement significatives du système nerveux (déficience) qui se caractérisent par un changement du mode de pensée, de l’humeur (affects) ou du comportement associé à une détresse psychique ou à une altération des fonctions mentales (incapacités). (Voir ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ, Rapport sur la santé dans le monde 2001 – la santé mentale, 2001.) 

Un trouble de santé mentale est considéré grave lorsque les incapacités qui y sont associées sont significatives et persistantes (suivie, prolongée ou durable) et que la personne rencontre des obstacles dans l’accomplissement de ses activités, en particulier dans le cadre des relations interpersonnelles et du travail. (Voir QUÉBEC, La force des liens : Plan d’action en santé mentale 2005-2010.)

Attention!

Dans ce document, nous parlerons seulement des troubles graves de santé mentale, car nous ne traiterons que des problèmes de santé mentale qui sont cliniquement reconnus en tant que troubles auxquels sont associées des incapacités significatives et persistantes. Une personne ayant un trouble grave de santé mentale est une personne handicapée au sens de la Loi.

Haut de page

Caractéristiques de divers troubles graves de santé mentale

Les troubles graves de santé mentale peuvent prendre diverses formes, entre autres, les troubles de l’humeur, les troubles anxieux, les troubles psychotiques, les troubles de personnalité ainsi que les troubles de l’alimentation et des dépendances telles que la toxicomanie (drogues, alcool, abus de substances) et le jeu pathologique.

Les troubles de l’humeur

Les troubles de l’humeur consistent en un déséquilibre affectif et émotionnel. Ils influencent la façon dont une personne se sent. Ils comprennent la dépression majeure et le trouble affectif bipolaire dont les épisodes peuvent modifier le raisonnement et le comportement d’une personne ainsi que sa santé physique. Les troubles de l’humeur causent une profonde détresse et affectent les activités sociales, professionnelles et scolaires.

Le trouble affectif bipolaire est un état pathologique grave qui cause des changements d'humeur cycliques. Ces variations ont une incidence sur le mode de pensée, le comportement ou le fonctionnement de la personne. Celle-ci vit donc, en alternance, des périodes de dépression, d’humeur normale et de manie. Les périodes de manie peuvent aller jusqu’à causer un trouble psychotique. 

Les troubles anxieux

Les troubles anxieux font référence à une expérience d’anxiété démesurée qui génère une souffrance importante chez la personne. Les personnes éprouvent une peur ou une inquiétude excessive qui les amènent à éviter des situations qui pourraient déclencher l’anxiété ou à concevoir des comportements obsessifs et compulsifs qui la réduisent.

Il existe plusieurs formes de troubles anxieux. Ils entraînent tous des sentiments d’inconfort physique ou mental. Ils engendrent une souffrance qui est présente la majeure partie du temps et qui perturbe l’équilibre intérieur de la personne. Ils interfèrent alors avec les aptitudes dont la personne a besoin pour remplir ses obligations familiales, professionnelles ou sociales. Les phobies, le trouble d’anxiété généralisée et l’attaque de panique sont des formes de troubles anxieux. 

Les troubles psychotiques

Il existe plusieurs formes de troubles psychotiques qui occasionnent une perte de contact à divers degrés avec la réalité. Ils engendrent une souffrance qui est présente la majeure partie du temps et ils interfèrent alors avec les aptitudes dont la personne a besoin pour accomplir ses responsabilités professionnelles, familiales ou sociales. Entre autres, la schizophrénie, le trouble schizoaffectif et les troubles délirants sont des formes de troubles psychotiques.

Par exemple, la schizophrénie est caractérisée par des hallucinations, des propos délirants, des distorsions marquées de la pensée et des troubles de comportement et de l’affectivité. 

Les troubles de personnalité

Les troubles de personnalité sont des structures comportementales et des modes d’expérience vécue qui sont profondément enracinés, stables dans le temps, envahissants et rigides. Ils s’écartent de ce qui est attendu en société et ils ont un effet sur l’ensemble des sphères de fonctionnement de la personne.

Certains troubles de personnalité peuvent être légers, n’affectant que très peu la vie de la personne. D’autres peuvent profondément perturber sa vie familiale et sociale. Les comportements associés aux troubles de personnalité sont déclenchés par des situations et des événements précis qui sont arrivés dans le passé. En général, les personnes ayant des troubles de personnalité ont de la difficulté à bâtir et entretenir des liens avec les autres; elles peuvent être irritables, exigeantes, hostiles ou craintives.

Haut de page

Mots appropriés à employer

Une meilleure connaissance de la situation des personnes handicapées et l’évolution de leur contribution dans la société se sont accompagnées d’une évolution parallèle des mots employés pour les désigner.

Des termes présentant une image négative des personnes handicapées ont été remplacés par ceux qui traduisent mieux leur réalité. C’est ainsi que l’usage de l’expression « personne handicapée » au lieu de « déficient », « handicapé », « malade », « invalide », « infirme », etc. a marqué une étape dans l’évolution des mentalités.

L’utilisation du mot « personne » suggère de considérer d’abord et avant tout l’individu avec toutes les caractéristiques (sexe, âge, intérêts, etc.) qui le composent. Son trouble et ses incapacités ne sont que quelques-unes de ses caractéristiques. Par conséquent, on ne parlera plus de : « malades », de « malades mentaux » ou de « fous »,  mais de « personne ayant un trouble grave de santé mentale ». 

Haut de page

Statistiques

Selon l'Enquête québécoise sur les limitations d'activités, les maladies chroniques et le vieillissement 2010-2011 (EQLAV)Ce contenu Web externe, qui s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre, peut comporter des obstacles à l'accessibilité puisqu'il est hébergé dans un autre site Web., 278 000 Québécoises et Québécois interrogés, âgés de 15 ans et plus, déclarent avoir une incapacité de nature psychologique qui limite la quantité ou le genre d'activités qu'elles peuvent faire (par exemple, les phobies, l'anxiété, la dépression, les problèmes d'alcool, de drogue ou de jeu, la schizophrénie) : il s'agit donc de troubles graves de santé mentale. Ces personnes représentent 4,2 % de la population québécoise de ce groupe d'âge.

Haut de page