Office des personnes handicapées - Services accessibles.

Je veux accueillir et servir tout le monde

Navigation principale.

Je veux accueillir et servir tout le monde

Vous êtes ici :
  1. Accueil­­
  2. Comment ?­­
  3. Personne ayant une incapacité visuelle­­
  4. Compréhension de l'incapacité

Personne ayant une incapacité visuelle
Compréhension de l'incapacité

Définitions

Personne handicapée

« Toute personne ayant une déficience entraînant une incapacité significative et persistante et qui est sujette à rencontrer des obstacles dans l’accomplissement d’activités courantes » est considérée comme une personne handicapée selon la Loi assurant l’exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale.Ce contenu Web externe, qui s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre, peut comporter des obstacles à l'accessibilité puisqu'il est hébergé dans un autre site Web.

En connaître davantage sur la définition de « personne handicapée »

Incapacité visuelle

La vision est l’aptitude à percevoir la lumière, les couleurs et les formes. (Voir FOUGEYROLLAS, Classification québécoise : processus de production du handicap, 1998.)  

L’incapacité visuelle se reconnaît notamment par la difficulté à lire les caractères ordinaires d’un journal ou à voir clairement le visage d’une personne à une distance de 4 mètres (12 pieds) avec des lunettes ou des verres de contact s’il y a lieu. (Voir CAMIRAND, Vivre avec une incapacité au Québec : un portrait statistique à partir de l’Enquête sur la participation et les limitations d’activités de 2001 à 2006, 2010.)

Haut de page

Caractéristiques de l’incapacité visuelle

Personne fonctionnellement voyante

On dit qu’une personne ayant une incapacité visuelle est fonctionnellement voyante lorsqu’elle utilise sa vision et développe des stratégies compensatoires, par exemple l’utilisation de systèmes de classement, de l’éclairage et le renforcement des contrastes. Son mode régulier de communication est conventionnel. Elle utilise l’alphabet courant pour lire et écrire.

Personne fonctionnellement aveugle

On dit qu’elle est fonctionnellement aveugle lorsqu’elle ne peut pas se servir de sa vision. Elle a recours à ses autres sens pour acquérir des connaissances et communiquer. Elle peut utiliser un code d'écriture et de lecture, par exemple le braille, ou un outil technologique, par exemple un lecteur d’écran avec synthèse vocale ou un synthétiseur vocal, pour lire et écrire.

Elle peut aussi se servir d’une canne blanche ou d’un chien guide pour se déplacer.

Types de vision

L’incapacité visuelle ne signifie pas nécessairement la cécité, il existe différents types de vision :

Vision normale

On parle de vision normale lorsqu’il n’y a pas de problème à percevoir la lumière, les couleurs et les formes du monde extérieur par l’organe de la vue après correction.

Un rectangle dans lequel apparaît une photo d’un chat tigré de couleur beige, brun et noir couché sur une couverture bleue pâle. Sous le rectangle, il est inscrit « Vision normale ».

Photo : Guylaine Bédard

Vision centrale ou en tunnel

On parle de vision centrale lorsqu’elle est réduite en périphérie (vision en tunnel). Ce type de vision, en plus de restreindre la vision périphérique, réduit la vision nocturne. Lorsque la maladie est plus avancée, la vision peut aussi être embrouillée. (Voir VÉZINA, Rendons-nous service… Faisons connaissance. Guide de référence : déficience visuelle : comment accroître l’accessibilité aux services, 2005.)

Un rectangle dans lequel apparaît, dans un rond au centre, la photo incomplète d’un chat tigré de couleur brune, beige et noire. Sous le rectangle, il est inscrit « Vision centrale/en tunnel ».

Vision périphérique

La vision périphérique permet de voir sur les côtés, mais la vision centrale est absente. Ce problème engendre des difficultés de lecture, limite la perception de la précision et entraîne une perte de nuances colorées. (Voir VÉZINA, Rendons-nous service… Faisons connaissance. Guide de référence : déficience visuelle : comment accroître l’accessibilité aux services, 2005.)

Un rectangle dans lequel apparaît un rond noir au centre d’une photo qui semble être un animal aux poils de couleur brune, beige et noire sur une couverture bleue pâle. Sous le rectangle, il est inscrit « Vision périphérique ».

Vision embrouillée

La vision embrouillée s’apparente à regarder un objet à travers le brouillard. En plus de réduire la vision, elle peut provoquer de la sensibilité à la lumière (éblouissement). La vision embrouillée peut être de différents degrés. (Voir VÉZINA, Rendons-nous service… Faisons connaissance. Guide de référence : déficience visuelle : comment accroître l’accessibilité aux services, 2005.)

Un rectangle dans lequel apparaît la photo embrouillée d’un chat tigré de couleur brune, beige et noire. On ne peut distinguer clairement les yeux du chat. Sous le rectangle, il est inscrit « Vision embrouillée ».

Vision indéfinie

On la nomme « vision éparpillée », car elle est constituée de zones claires et de zones sombres. En plus de créer une vision embrouillée et réduite, cette vision entraîne une sensibilité à la lumière (éblouissement) et une réduction de la vision nocturne. (Voir VÉZINA, Rendons-nous service… Faisons connaissance. Guide de référence : déficience visuelle : comment accroître l’accessibilité aux services, 2005.)

Un rectangle dans lequel on distingue seulement les parties d'un chat tigré de couleur brune, beige et noire couché sur une couverture bleue pâle. Des taches noires empêchent de voir le chat en entier. Sous le rectangle, il est inscrit « Vision indéfinie ».

Cécité totale

La cécité totale est une absence de perception de la lumière. Ce type de vision est plus rare. (Voir VÉZINA, Rendons-nous service… Faisons connaissance. Guide de référence : Déficience visuelle : comment accroître l’accessibilité aux services, 2005.)

Un rectangle complètement noir. Sous le rectangle, il est inscrit « Cécité totale ». 

Saviez-vous que…?

On parle de surdicécité lorsqu’une personne a une incapacité auditive et une incapacité visuelle à la fois. Les degrés de cécité et de surdité sont très variables d’une personne à l’autre. La personne ayant une surdicécité peut utiliser les moyens de communication favorisant une communication adaptée et les outils d’aide propres à chacune des incapacités.

Elle peut notamment avoir recours aux services d’un interprète tactile. La personne ayant une surdicécité passe sa main ou ses mains sur celles de l’interprète tactile afin de percevoir les mouvements et de comprendre le message qu’il transmet à l’aide d’une  langue des signes.

L’interprète tactile peut aussi se servir de l’alphabet tactile ou d’un alphabet manuel à deux mains pour transmettre un message à la personne ayant une surdicécité. L’alphabet tactile est une façon de représenter chacune des lettres de l’alphabet par une configuration bien précise de la main. L’alphabet manuel à deux mains est un autre code pour représenter l’alphabet que l’on exécute avec les deux mains.

Il peut aussi écrire en lettres majuscules dans la paume de la main de la personne ayant une surdicécité selon un tracé conçu pour faciliter la compréhension du message.

La représentation graphique, pour chacune des lettres de l’alphabet, chacun de chiffres ainsi que certains signes de ponctuation et caractères utilisés en information,  d’une série de points disposés pour les représenter en code braille.

La représentation graphique de mains montrant le mouvement à effectuer lors de l’utilisation des lettres de l’alphabet de la langue des signes québécoise visuelle.

La représentation graphique de mains montrant le mouvement à effectuer lors de l’utilisation des lettres de l’alphabet de la langue des signes québécoise tactile.

La représentation graphique montrant, pour chacune des lettres de l’alphabet, le mouvement à effectuer avec les deux mains.

La représentation graphique des lettres de l’alphabet avec, au pourtour de chacune, un tracé en pointillés, celui à effectuer dans la paume de la main.

Pictogrammes : Institut Raymond-Dewar

Haut de page

Mots appropriés à employer

Une meilleure connaissance de la situation des personnes handicapées et l’évolution de leur contribution dans la société se sont accompagnées d’une évolution parallèle des mots employés pour les désigner.

Des termes présentant une image négative des personnes handicapées ont été remplacés par ceux qui traduisent mieux leur réalité. C’est ainsi que l’usage de l’expression « personne handicapée » au lieu de « déficient », « handicapé », « malade », « invalide », « infirme », etc. a marqué une étape dans l’évolution des mentalités. 

L’utilisation du mot « personne » suggère de considérer d’abord et avant tout l’individu avec toutes les caractéristiques (sexe, âge, intérêts, etc.) qui le composent. Son type d’incapacité n’est qu’une de ses caractéristiques. Par conséquent, on parlera de « personne ayant une incapacité visuelle » ou de « personne ayant une incapacité liée à la vision ». 

Haut de page

Statistiques

Selon l'Enquête québécoise sur les limitations d'activités, les maladies chroniques et le vieillissement 2010-2011 (EQLAV)Ce contenu Web externe, qui s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre, peut comporter des obstacles à l'accessibilité puisqu'il est hébergé dans un autre site Web., 304 400 Québécoises et Québécois interrogés, âgés de 15 ans et plus, déclarent avoir une incapacité liée à la vision. Ces personnes représentent 4,6 % de la population québécoise de ce groupe d'âge.

Haut de page